À lire et à écouter : la richesse généalogique de notre orgue

L’orgue Karl Wilhelm est un joyau dont la musique fait partie des grandes traditions de la cathédrale Christ Church. Vos dons à la campagne verront à ce que ses riches tonalités soient entendues pour encore bien des années.

Nicholas Capozzoli

Bravo, Nicholas !
Viser haut ! adresse ses plus sincères félicitations à Nicholas Capozzoli, candidat au doctorat à l’Université McGill et organiste adjoint à la cathédrale Christ Church, qui s’est classé troisième au Concours international d’orgue du Canada (CIOC) la semaine dernière. Plusieurs des meilleurs organistes du monde s’affrontent lors de cet événement où un jury prestigieux représentant plusieurs pays décerne des prix à une sélection des meilleurs jeunes organistes du monde. Nous n’avons pas d’enregistrement de sa performance pendant le concours, mais nous avons déniché un vidéoclip datant de 2013 filmé à l’église Westminster Presbyterian Church de Upper St. Clair, en Pennsylvanie.

En l’honneur de la victoire de Nicholas et pour vous donner un petit avant-goût d’un article à venir, nous avons pensé qu’il pourrait être amusant de faire un court survol de l’évolution des orgues.

La petite histoire des grandes orgues
Le son continu est la caractéristique la plus importante de l’orgue et les diverses itérations de l’instrument sont liées aux efforts constants des musiciens pour contrôler l’air afin de le produire.

Flûte de pan scandinave en bois, 9e siècle

Les flûtes de pan sont les premiers ancêtres des orgues. D’abord faites de roseaux de différentes tailles coupés à même les plantes à tige creuse et reliés avec de la corde ou de la cire, elles ont ensuite été façonnées en bois et en argile.

L’instrument vu ici a été trouvé dans une fosse du 10e siècle à Coppergate dans le North Yorkshire, en Angleterre. On a creusé ses tubes de longueurs variées de sorte qu’en soufflant d’un bout à l’autre de l’instrument, on produit une échelle de 5 notes, allant du La au Mi. Pour entendre une flûte de pan, cliquez ici.

L’hydraule
L’hydraule ou « aulos qui fonctionne avec de l’eau » fut inventé au 3e siècle av. J.-C. C’est un instrument à clavier qui utilise l’eau pour contrôler la pression d’air dans les tuyaux. Au fil du temps, on y introduit une soufflerie. Les deux versions se sont éteintes en Occident après la chute de l’empire occidental, mais ont survécu en Orient. C’est ainsi qu’en 757, l’empereur byzantin Constantin Copronymus réintroduit l’orgue en Occident en présentant à Pépin le Bref une version à soufflet, ancêtre de nos orgues d’église. Pour entendre une hydraule, cliquez ici.

Orgue portatif, 13e siècle

L’orgue portatif
Les orgues portatifs sont des instruments à clavier portés sur l’épaule. Le clavier est joué d’une main alors que de l’autre on manipule un soufflet. La boîte de l’instrument est surmontée d’une ou deux rangées de tuyaux. L’instrument dans la photo à gauche appartient à Cristina Alis Raurich, claviériste d’instruments anciens et chercheure spécialisée en musique médiévale. Pour l’entendre en jouer, cliquez ici.

Orgue à soufflets médiéval

L’orgue gothique
Vers l’an 1100, les églises avaient généralement des grandes orgues. Ces instruments étaient équipés de nombreux tuyaux et d’énormes soufflets, de sorte qu’il fallait être deux pour en jouer ; une personne pompait le soufflet, tandis que l’autre jouait du clavier. Pour entendre ce type d’orgue médiéval, cliquez ici.

L’orgue Karl Wilhelm de la cathédrale Christ Church
Saviez-vous que deux orgues ont précédé celui que nous entendons actuellement lors des concerts et des services à la cathédrale ? En 1816, alors qu’elle était située sur la rue Notre-Dame dans le Vieux Montréal, le roi George III donna à la cathédrale un orgue construit par Thomas Elliott, de Londres. L’instrument et l’édifice ont tous deux été détruits dans un incendie à peine 40 ans plus tard. Une réplique exacte fut ensuite construite par William Hill and Son, facteurs d’orgue de Londres, puis installée dans l’édifice actuel de la rue Sainte-Catherine. Agrandi, reconstruit et déplacé à plusieurs reprises, ce dernier fut en service à la cathédrale pendant 120 années. Certaines de ses pièces font désormais partie d’orgues à Gananoque, en Ontario, et à une université du nord de l’État de New York.

En 1979, un nouvel orgue a été commandé. La congrégation voulait qu’il soit construit selon les principes des grandes orgues des églises protestantes du nord de l’Europe. La demande de propositions fut remportée par les facteurs d’orgues Karl Wilhelm de Mont-Saint-Hilaire.

L’instrument fut installé dans l’église en 1980 et le concert d’inauguration présenté le 24 janvier 1981 par Mireille et Bernard Lagacé.

Cliquez ici pour entendre notre fameux orgue Karl Wilhelm ; vous pourrez aussi l’entendre à la cathédrale même le vendredi 10 novembre à 19 h 30 lorsque Patrick Wedd et la chorale de la cathédrale présenteront le concert intitulé De profundis : musique pour une époque en désarroi. Les billets seront disponibles à l’entrée : 30 $ pour les adultes, 25 $ pour les personnes âgées, 15 $ pour les étudiants. Une réception de vins et fromages suivra et est incluse dans le prix. Pour plus d’informations, appelez le 514-843-6577, poste 236.


À vous la parole

La cathédrale figure-t-elle dans votre vie? Y avez-vous célébré votre mariage? Si vous avez une histoire à partager, nous aimerions beaucoup la connaître ! Écrivez-nous à Campaign.Communications@montrealcathedral.ca.

Faites-nous part de vos commentaires dans l’espace prévu ci-dessous et merci de partager dans vos réseaux !

Pour faire un don à la campagne majeure de financement, cliquez ici.


Pour vous abonner à la liste courriel de Viser haut ! cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *