Justice sociale à la cathédrale Christ Church : une révélation pour les étudiants du Collège Vanier

Le 17 octobre dernier, Ann Elbourne et Jan Jorgensen, militantes de la justice sociale à la Cathédrale, donnaient une perspective chrétienne sur les questions brûlantes d’actualité dans le cadre du Festival des sciences sociales du Collège Vanier. Cette année, le festival explorait les différents points de vue sur « les questions liées à l’identité, à la justice sociale, à la protection de l’environnement et aux enjeux politiques actuels au Canada et dans le monde ».

Affiche du Festival des sciences sociales de 2017 du Collège VanierL’organisatrice de l’événement, Kelly MacDonald, a invité les représentans de la Cathédrale à prendre la parole sur la recommandation du professeur de sciences humaines et religieuses, Gordon Aronoff. M. Aronoff enseigne Unlocking the World Spirit, un cours d’introduction aux études religieuses.

« L’exercice avec le chocolat a capté leur attention », dit-il, en parlant du moment vers la fin de la présentation où Jan Jorgensen s’est déplacée dans l’auditoire pour distribuer des quantités inégales de chocolat aux personnes présentes, en soulignant que « certains en reçoivent plusieurs, d’autres n’en reçoivent pas. »

« Cela a captivé et intrigué les étudiants », explique M. Aronoff. « Ils ont compris que c’était lié au commerce équitable, mais n’ont pas vraiment capté le message jusqu’à ce que je mentionne en classe à quel point les circonstances individuelles peuvent être inégales dès le départ. Les questions posées par les étudiants après la présentation du SJAG (Social Justice Action Group, ou groupe d’action justice sociale) m’ont permis de parler de ces inégalités et du fait qu’elles devraient être reconnues. »

Les activistes de justice sociale portent la bannière de la Cathédrale à la parade de fierté gaie de MontréalUn accueil chaleureux de gens socialement progressistes
Unlocking the World Spirit est conçu pour informer les étudiants sur les traditions religieuses orientales (hindouisme, bouddhisme, shintoïsme, zen, taoïsme et confucianisme) et les religions occidentales (judaïsme, christianisme, islam). Le cours souligne la richesse des religions du monde, révélant leurs points communs et leurs différences dans une perspective à la fois scientifique et sociale qui développe le sens critique.

« Chaque année, » dit M. Aronoff, « je demande à mes étudiants de rendre visite à un groupe, un organisme religieux ou une église et d’en faire rapport. L’année dernière, cela a donné lieu à une présentation de deux étudiants qui avaient été fortement impressionnés par le progressisme des gens de la cathédrale Christ Church et par l’accueil chaleureux qu’ils y ont reçu. Lorsqu’on nous a demandé de suggérer des conférenciers pour l’événement, j’ai immédiatement pensé à Christ Church. »

Des étudiants inspirés
M. Aronoff rapporte que ses étudiants ont été inspirés par le grand nombre d’initiatives et de causes traitées au quotidien par les membres du SJAG. Environ une douzaine de groupes de la Cathédrale travaillent sur un large éventail de dossiers de justice sociale, allant du soutien aux sans-abri jusqu’à la Vérité et réconciliation, en passant par le commerce équitable. De plus, des partenariats sont entretenus avec plusieurs organismes externes, comme Action Réfugiés Montréal, Amnistie internationale et Dix Mille Villages, sur des projets de justice sociale à Montréal et dans le monde.

Au cours de la période de questions qui a suivi la présentation, deux des étudiants de M. Aronoff ont démontré combien ses efforts pour encourager la pensée critique sont efficaces. Un jeune homme a demandé comment l’Église concilie les messages de la Bible portant sur l’homosexualité et sa position sur les questions LGBTQ. Mme Elbourne lui répondit que le dialogue sur cette question se poursuit au sein de l’Église anglicane, mais que l’évêque de Montréal est très favorable. « Les hommes gais ont toujours été ordonnés prêtres », dit-elle. « Seulement maintenant, ils le déclarent. De plus, il y a beaucoup plus de références à l’amour dans la Bible que de remontrances contre les homosexuels. »

Citation: Si tu es venu m'aider parce que ta libération est intimement liée à la mienne, travaillons ensemble.
Un deuxième étudiant a voulu savoir comment l’Église pouvait maintenant travailler avec les peuples indigènes étant donné la répression des croyances autochtones exercée par le christianisme par le passé. Comment, demanda-t-il, font-ils place à la spiritualité des peuples autochtones indigènes dans le contexte de la foi chrétienne ? Mme Elbourne répondit que l’Église peut changer et qu’effectivement, elle change lorsqu’elle se rend compte qu’elle a eu tort. Mme Brenda Linn, une congréganiste de la Cathédrale qui travaille de près avec les Premières Nations, a ensuite été appelée à la tribune pour répondre plus en détail. Brenda mentionna que l’évêque anglican autochtone  Mark MacDonald est le chef pastoral des peuples autochtones de l’Église anglicane du Canada. « Les chrétiens autochtones ne veulent pas être abandonnés », dit-elle. « Quant à la façon dont nous travaillons avec eux, nous ne pouvons que rester à leurs côtés, les écouter, apprendre d’eux, soutenir leurs valeurs environnementales et lâcher prise. »

Pas tous rigides et conservateurs
« Je trouvais important que les étudiants sachent que les établissements religieux ne sont pas tous rigides et conservateurs », explique M. Aronoff. « Les élèves de ma classe ont dit qu’ils étaient très impressionnés par la progressivité de la cathédral Christ Church, en particulier en ce qui concerne la justice sociale et le combat pour l’égalité de la communauté LGBTQ. La présentation a été une révélation pour eux. »

Pour en savoir plus sur la justice sociale et les activités de sensibilisation communautaire à la cathédrale Christ Church, cliquez ici.

Soutenir le travail des militants bénévoles de la cathédrale
Des fonds recueillis durant la campagne majeure de financement, 250 000 $ iront au financement du travail de la société de service social. Pour faire un don à la campagne, cliquez ici.


Concert en appui au chœur de la  cathédrale
Le 10 novembre à 7h30, Patrick Wedd et la chorale  de la Cathédrale présentent le concert De profundis: Musique pour une époque en désarroi. Billets: prix régulier 30$, âge d’or 25$, étudiants 15$, disponibles à l’entrée. Réception vins et fromages après le concert (prix inclus dans celui du billet. Pour en savoir plus, composez  514-843-6577, poste 236.


À vous la parole
Êtes-vous membre d’un groupe d’action sociale de la cathédrale ? Aimeriez-vous nous raconter une expérience vécue dans ce contexte ? Il nous ferait plaisir de la partager avec nos lecteurs !
Communiquez avec nous à l’adresse Campaign.Communications@montrealcathedral.ca.

N’hésitez pas à commenter sur cet articles dans l’espace prévu ci-dessous et merci de partager dans vos réseaux !


Pour vous abonner à la liste courriel de Viser haut ! cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *